Portes de la miséricorde

Le 13 mars 2015, à l'occasion du second anniversaire de son élection, le pape François a annoncé la convocation d'une Année Sainte extraordinaire, afin de célébrer le cinquantenaire de la clôture du Concile Vatican, et d'approfondir plus encore sa mise en œuvre. Cette Année Sainte sera l'objet d'un grand jubilé de la Miséricorde, un concept central du pontificat de François. Par le thème de la Miséricorde, le pape souhaite "une conversion spirituelle de l’Église, un renouveau." et redonner une place centrale à la miséricorde divine, notamment en renforçant la pratique de la confession.

 

Que signifie le mot « miséricorde » ?

Notre évêque, Mgr Santier, lors du pèlerinage de Notre Dame des Miracles nous a dit « Le mot "miséricorde" désigne, en hébreu, le cœur profond, les "entrailles" qui frémissent sous le coup de la douleur et de la peine. Quel père ou mère n'a ressenti cela en sachant son enfant malade, perdu ? La miséricorde apparaît donc comme l'attachement profond d'un être pour un autre et particulièrement de Dieu pour l'homme. »

Dans la tradition ecclésiale des années saintes une porte spéciale est ouverte dans les quatre basiliques majeures à Rome. Ces portes saintes symbolisent l’accueil dans la maison de Dieu pour y recevoir le pardon des péchés, la remise des pénitences, et rendre grâce dans l’Eucharistie. 

Toute démarche de pèlerinage s’achève par le franchissement d’une porte sainte accompagnée de la demande de conversion. Afin de permettre à tous de faire cette expérience de la miséricorde divine le pape a accordé la possibilité d'ouvrir les portes de la Miséricorde dans chaque diocèse. Ces portes, semblables aux Portes Saintes des basiliques pontificales de Rome, permettront à ceux qui ne peuvent pas se rendre à Rome d’effectuer le pèlerinage jubilaire.

 

Porte Sainte de St Nicolas de St Maur

Les portes de la miséricorde

Outre la Porte de la Miséricorde choisie pour le diocèse dans la cathédrale Notre Dame de Créteil, d’autres Portes de la Miséricorde peuvent être ouvertes dans des Sanctuaires particulièrement importants. C’est le cas pour l’église Saint Nicolas de Saint Maur, église de la Vierge de Notre Dame des Miracles.

 

Ouverture des portes de la miséricorde de notre diocèse.

Ouverture de la Porte Sainte de St Nicolas de St Maur

La porte de Saint Nicolas de Saint Maur a été ouverte, par anticipation, le samedi 12 décembre, pour le pèlerinage de Notre Dame des Miracles.

Mgr Santier l’a ouverte en début d’après-midi avec les premiers pèlerins.

L’ensemble des pèlerins a ainsi eu la possibilité de passer la Porte Sainte pendant le pèlerinage en allant vénérer Notre Dame des Miracles.

Ouverture Porte Sainte ND Créteil Mgr Santier frappe avec sa crosse

 

 

 

La Porte de la Miséricorde de la cathédrale Notre Dame de Créteil a été ouverte le dimanche 13 dans l’après-midi en communion avec l'Église de Rome au cours de la célébration eucharistique du troisième dimanche de l'Avent (dimanche Gaudete).

 

 

 

 

Deux autres portes jubilaires ont été ouvertes à Saint Louis de Choisy et à l'église de l'Assomption de la Très Sainte Vierge de Villecresnes.

 

Porte Sainte ND Créteil

Passage de la Porte Sainte

Franchir la Porte Sainte symbolise le passage du péché vers la grâce. Toujours ouverte, la porte exprime l’attente de Dieu qui se tient sur le seuil les bras ouverts pour nous faire entrer dans la miséricorde. Passer la porte requiert donc qu’on laisse derrière soi le péché pour rejoindre l’amour et le pardon.

Avant de franchir la Porte, il faut se mettre en route. Comme un pèlerin appelé à aller de l’avant, chacun marche à la rencontre du Père miséricordieux, sur un chemin de conversion. Passer le seuil de la porte, c’est un acte de foi du croyant qui reconnait en Jésus-Christ le Seigneur. Le Christ a dit : « Moi, je suis la porte » (Jn 10,7). C’est par Lui que l’on peut connaître et entrer en communion avec Dieu. Le Christ est le Sauveur envoyé par le Père qui permet à tout homme de passer du péché à la grâce.

En passant la Porte Sainte, nous nous laisserons embrasser par la miséricorde de Dieu.

Une fois la Porte Sainte ou Porte de la Miséricorde passée, en plus des conditions habituelles qui nécessitent un cœur bien disposé afin que la grâce puisse apporter les fruits espérés ; les fidèles devront s’arrêter en prière pour accomplir les derniers gestes nécessaires : la profession de foi et la prière pour le Pape et selon ses intentions. Cette dernière, sera au moins un Notre Père - la prière que Jésus lui-même nous a appris pour nous tourner vers le Père comme ses enfants - mais peut-être plus encore. En particulier, compte tenu de l'esprit propre de cette Année Sainte, il est suggéré de réciter la belle prière du Pape François pour le Jubilé, et de conclure le temps de prière par une invocation au Seigneur Jésus Miséricordieux (par exemple « Jésus Miséricordieux, j’ai confiance en Toi »

 

L’année Sainte

En ce qui concerne l’organisation de l’Année Sainte, la volonté expresse du Pape est qu’elle ait lieu principalement dans chaque Diocèse, comme un vrai temps de renouvellement de la vie pastorale.

Le temps de grâce du Jubilé de la Miséricorde sera naturellement caractérisé par la possibilité d’obtenir l’indulgence plénière à travers certains exercices de piété - culminant dans le passage de la Porte Sainte ou Porte de la Miséricorde - qui accompagneront la prière et la célébration des sacrements de la Réconciliation et de l’Eucharistie, comme des signes concrets du chemin de conversion et « d’immersion » dans la Miséricorde du Père.

La devise et le logo offrent ensemble une heureuse synthèse de l’Année jubilaire.

La devise « Miséricordieux comme le Père » (tirée de l’Évangile de Saint Luc, 6,36) propose de vivre la miséricorde suivant l’exemple du Père qui demande de ne pas juger et de ne pas condamner, mais de pardonner et de donner l’amour et le pardon sans mesure (cf. Lc, 6,37-38).

Logo miséricorde

Le logo - œuvre du Jésuite, le Père Marko I. Rupnik - se présente comme une petite somme théologique du thème de la miséricorde. Il montre, en effet, le Fils qui charge sur ses épaules l’homme égaré reprenant, ainsi, une image bien chère à l’Église antique, car elle exprime l’amour du Christ qui accomplit le mystère de son incarnation, par la rédemption.

Le dessin est réalisé de façon à mettre en évidence que le Bon Pasteur touche en profondeur la chair de l’homme et qu’il le fait avec un tel amour qu’il lui change la vie. Il y a, en outre, un détail qui ne peut pas nous échapper, le Bon Pasteur charge sur lui, avec une miséricorde infinie, l’humanité entière mais ses yeux se confondent avec ceux de l’homme. Christ voit avec les yeux d’Adam, et celui-ci avec les yeux du Christ. Chaque homme découvre ainsi dans le Christ, nouvel Adam, son humanité et le futur qui l’attend, en contemplant dans son regard l’amour du Père.

Cette scène se situe à l’intérieur de l’amande, elle aussi un symbole cher à l’iconographie antique et du Moyen-Age, qui rappelle la coprésence de deux nature, divine et humaine, dans le Christ.

Les trois ovales concentriques, de couleur progressivement plus claire, vers l’extérieur, évoquent le mouvement du Christ portant l’homme hors de la nuit du pêché et de la mort. La profondeur de la couleur plus foncée évoque l’impénétrabilité de l’amour du Père qui pardonne tout.

Le visuel composé par Rupnik synthétise tout cela : le modèle de la miséricorde est le Christ qui charge l’homme blessé sur ses épaules, Il nous sauve et nous redonne vie dans la puissance d’amour de sa résurrection.

Cette image est un cadeau, elle nous invite à contempler Celui qui a pris condition d’esclave pour nous délivrer et à l’imiter en accueillant sa miséricorde pour la répandre. Ainsi nous sommes appelés à recevoir la miséricorde infinie, à entrer dans le regard du Christ miséricordieux pour nos frères et à devenir les instruments de la miséricorde du Père.

L’hymne officiel du jubilé « Misericordes sicut Pater »! »

 

La prière du pape François

Prière de l'année Sainte

Le pape François a également institué des Missionnaires de la charité qui interviendrons surtout pendant le Carême.

 

Le sacrement de miséricorde

Dans notre vie de foi, c'est au travers du sacrement de réconciliation en particulier que nous percevons la miséricorde de Dieu et plus largement dans la prière et les différents sacrements dans lesquels est communiqué le don de Dieu. Le pardon de Dieu nous remplit de joie et d'allégresse, nous redonne la paix. Mais ce n'est pas tout. Dieu nous manifeste aussi son attachement, sa miséricorde, au travers de personnes,  d'événements concrets, de rencontres,  qu'il faut savoir relire dans sa vie.

 

Le pèlerinage à Rome

Même si le Jubilé est célébré et vécu d’abord au niveau local, dans chaque Église particulière du monde, dans notre diocèse de Créteil, il est évident toutefois qu’un grand nombre de pèlerins se rendra à Rome pour accomplir le pèlerinage à la tombe de Pierre, et franchir la Porte Sainte de la Basilique qui est le cœur de l’Église catholique.

Notre évêque, Mgr Santier, conduira lui-même un pèlerinage diocésain à l’automne 2016 pour tous ceux qui le souhaiteront.

 

Draw my Jubilé du diocèse de Quimper et Léon pour bien comprendre ce qu'est l'Année de la Miséricorde. Pour notre diocèse,seul le programme est différent.