Tracts Conference Pere Rouge

Mais quelle drôle de question !

Tout le monde sait que les politiques sont «tous pourris » !

Tout le monde sait qu'un bon catholique ne peut pas faire de politique, c'est trop « sale » !

Tout le monde, ah bon ! ?

Mais alors, pourquoi près de 200 personnes pour écouter le Père Matthieu Rougé poser cette question et donner des éléments de réponse ?

Pourquoi une douzaine d'élus, du député de longue date au tout jeune élu municipal, pourquoi Mgr Santier et plusieurs prêtres, oui pourquoi s'étaient-ils tous déplacés à l'appel des Associations Familiales Catholiques, AFC, du diocèse qui posaient cette question?

D’emblée, la présidente explique qu’être AFC c’est avoir un pied sur les marches de la mairie et un pied sur les marches de l’Eglise, d’où cette soirée pour réfléchir à l’engagement des catholiques dans la société.

Elle rappelle que si l'année 2015 a commencé dans le sang et les larmes, en particulier pour notre département, il faut plus que jamais, continuer à vivre, à réfléchir, à se former, à s'engager, sans oublier pour les chrétiens la prière.

 

P1130801

Le Père Rougé, notre orateur, est curé de la paroisse Saint Ferdinand des Ternes à Paris. Il a été pendant 9 ans, collaborateur du Cardinal Lustiger et responsable du SPEP, Service de Pastorale et d'Etude Politique. Le SPEP a été créé par le cardinal Lustiger en 1992 pour offrir une présence d'Eglise aux responsables politiques qui le souhaitent, Le Père Rougé connaît donc particulièrement bien le monde politique puisque ,pour simplifier on pourrait dire qu'il était leur aumônier.

Le Père Rougé commence par revenir sur les attentats de la semaine précédente. Nous sommes DANS le monde, comme Jésus, mais nous ne sommes pas DU monde. Participer à l’émotion collective est bon mais maintenant il faut réfléchir aux racines de cette violence. Il faut évoquer l’éducation, la vie urbaine, la culture, la liberté d’expression et la liberté religieuse. Cette violence n’est pas épisodique mais révélatrice d’une plus grand violence qui vient d’un excès de laïcisme..

La laïcité est fille du christianisme qui le premier en a posé les bases, c'est une distinction et non une séparation. En voulant exclure de notre société l'appartenance chrétienne, on menace la laïcité elle-même. Pour approfondir la question de la laïcité, lire le texte de Mgr Ravel, "En terre de laïcité"

 

P1130788

Chaque homme est corps (émotion), esprit (réflexion) et âme (spiritualité), (1Th 5, 23) chacun de ces aspects ayant un côté privé et un côté social. Le fait de restreindre le côté religieux de l’homme à la sphère privée amène le développement d’excès. Supprimer Dieu de la société c’est laisser le champ libre au spirituel refoulé qui se traduit par la violence. Qu’avons-nous raté, nous chrétiens, pour que des jeunes d’origine chrétienne en viennent à mettre leur espoir dans la guerre du djihadisme ? Réalisons-nous le vide spirituel que révèlent ces comportements fous ?

Mais, ces drames peuvent être une chance pour la France s’ils nous permettent de réfléchir, de bien comprendre que nous, chrétiens engagés dans la société, ne répondons pas d’abord avec la foi mais avec la raison, illuminée et purifiée par la foi

 

Il nous fait remarquer qu'il faut reconnaître aux Français une certaine immaturité politique : nous attendons tout du pouvoir politique et quand il est absolu, nous le guillotinons !

 

Le Père Rougé donne alors quelques repères :

La politique doit servir la paix et la justice et non apporter la rédemption.

Le politique n’est pas le tout, l’instant suprême, mais une instance régulatrice mise au service du bien commun.

La politique n’est pas l’instrument de l’avènement du Royaume de Dieu.

Justice et paix sont nécessaires à l’épanouissement , donc ne dénigrons pas les personnes politiques.

Le lieu de l’élaboration de la politique est la raison (Benoît XVI). Le gouvernement de la terre est possible par la raison et la volonté : ex le mariage est différent de la reconnaissance de l’amour et de la reproduction.

P1130780

Le Père Matthieu Rougé nous fait un grand éloge des hommes politiques qui sont le plus souvent engagés pour servir. Il insiste sur la nécessité, pour lui, d'avoir un double mandat, au moins dans le temps : des élus, sans mandat local, risquent de devenir des « apparatchiks »

 

Il insiste également sur l'importance de l'engagement des chrétiens au service de la société ; engagement qui demande une vraie compétence, en particulier, une connaissance de la Doctrine Sociale de l’Église, DSE, et un profond enracinement spirituel.

Le cardinal Daniélou disait que la prière et l’oraison étaient une ‘’question politique’’. Il nous faut être enracinés dans le Seigneur qui nous conduit vers la liberté et vers la vérité.

 

Nous passons ensuite aux questions de la salle. Questions nombreuses et intéressantes dont je retiens surtout la dernière, d'un tout jeune élu municipal d'opposition : Comment, pour un chrétien, concilier amour de l'autre et mission (par exemple pour l'accueil des communautés rom ou pour financer une mosquée) et ensuite, en tant qu'élu chrétien que doit-on s'interdire ? A la première question, le Père Rougé répond que c'est justement la bonne question à se poser et que les réponses sont à voir au cas par cas, en gardant en tête les deux éléments de réponse à la deuxième question : ne jamais rien faire qui attente à la dignité de la personne et toujours être dans la vérité, vérité pour soi et vérité pour les autres. Tenir ensemble amour et vérité, dans la prière, la clé de l'action d'un élu chrétien.

 

P1130826

Mgr Santier, prend ensuite la parole pour redire, lui aussi, son estime des hommes politiques. Il confirme les paroles du Père Rougé, qu'il connaît bien : l’Église encourage les chrétiens à s'engager dans la vie de la société, dans la politique, les associations, la culture…

Il nous engage à nous former sur la Doctrine Sociale de l’Église et annonce que les AFC proposent de participer à la formation Zachée organisée par la communauté de l'Emmanuel. Zachée, la doctrine sociale de l’Église au quotidien, fondé en 2005, se décline de deux manières : le parcours Zachée, qui est un parcours spirituel qui contribue à faire grandir notre unité de vie, unité entre foi, travail, vie de famille, vie sociale et à témoigner d'un certain « art de vivre chrétien ». Ce parcours se déroule sur une année, avec 8 thèmes abordés chacun un mois, avec une rencontre toutes les 2 semaines environ. Et le forum Zachée, une session de 3 jours à Paray Le Monial, cette année, sur le thème de la solidarité, du 14 au 17 mai (pont de l'Ascension)

Pour plus d'informations sur les formations à la DSE, vous pouvez contacter les AFC du Val de Marne : afc94@afc-france.org ou 01 42 87 81 75

 

 Bibliographie :

L’Église n'a pas dit son dernier mot : Petit traité d'antidéfaitisme catholique ; Matthieu Rougé (Laffont) 19,50€

 "Paroles de Dieu pour les responsables politiques" Père Stalla-Bourdillon, 4,95€

 "L'engagement des chrétiens en politique, doctrine enjeux, stratégie " Thierry Boutet ; Privat, 15,20€

Compendium de la Doctrine Sociale de l'Eglise, Bayard, Cerf et Fleurus, 23,10€ ou le texte intégral sur le site du Vatican.

Notre bien commun. Connaître la pensée sociale de l’Église pour la mettre en pratique (+ DVD) ; CEF Editions de l'atelier 10€

Parcours Zachée (livre + CD) Edition de l'Emmanuel 25€

Parcours Zachée (DVD) 25€