Fédération des Associations Familiales Catholiques du Val de Marne

24 avril 2014

PRIERE DES APPELES

Dieu appelle

 

 

 

 

 

 

 

Dieu avait besoin d’un père pour son peuple :
il choisit un vieillard…
     Alors, Abraham se leva !

Dieu avait besoin d’un porte-parole :
il choisit un timide qui bégayait…
     Alors Moïse se leva !

Dieu avait besoin d’un chef pour conduire son peuple :
il choisit le plus petit, le plus faible…
     Alors David se leva !

Il avait besoin d’un roc pour poser l’édifice :
il choisit un renégat…
     Alors Pierre se leva !

Doigt-de-Dieu

 

 

 

 

 

 

 

 

Il avait besoin d’un visage pour dire aux hommes son amour,
Il choisit une prostituée…
    Ce fut Marie de Magdala !

Il avait besoin d’un témoin pour crier son message,
il choisit un persécuteur…
     Ce fut Paul de tarse !

Il avait besoin de quelqu’un pour que son peuple se rassemble
et qu’il aille vers les autres.
     Il t’a choisi(e)…
     Même si tu trembles, pourrais-tu ne pas te lever ?

appel_dieu



Un évêque du Vietnam
(texte paru dans Témoignage ACO n° 510)

Posté par AFC94 à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


20 avril 2014

Peut-on fêter les Rameaux sans fêter Pâques ?

Semaine SainteMESSAGE DE NOTRE EVÊQUE

Les branches vertes qui sont bénies lors de la célébration des Rameaux, nous les levons pour acclamer Jésus qui entre à Jérusalem.
Ces rameaux, nous les emporterons chez nous à la maison, comme signe de protection, car nous sommes dans un monde qui vit dans la peur et l'insécurité.
Mais ce n'est pas le rameau béni fixé sur le crucifix qui nous protège, c'est Jésus lui-même, qui a donné sa vie pour nous, sur la Croix.
La croix, elle n'est pas signe de provocation, elle est  le signe de l'amour !
En regardant la Croix, nous sommes invités à risquer notre vie, à la donner, en vivant le service de nos frères, compagnons d'humanité.

Après la procession des Rameaux, nous sommes entrés dans l'Eglise et avons écouté le récit de la Passion.
Bien qu'innocent, Jésus a été condamné au supplice sur la croix, mais il a fait de cette injustice un don, une offrande d'amour pour chacun de nous !
Jésus dans sa Passion, jusqu'au bout, est demeuré un témoin de la Paix ; il a pardonné à Pierre et à ses bourreaux. Sur la Croix, Jésus a vaincu la haine et la violence. Désormais l'amour a le dernier mot !
Si le monde tient encore, ce n'est pas grâce aux grands empires financiers... C'est grâce à tous les hommes, à toutes les femmes qui prennent des risques, qui donnent de leur temps au service des plus faibles, des exclus, et qui les aident à se relever et à retrouver leur dignité.

Les Rameaux, au début de la Semaine Sainte, annoncent que de l'arbre de la Croix jaillira la vie, une nouvelle création.
Ce passage de la mort à la vie, les futurs baptisés, 108 (adultes) pour notre diocèse, 3.000 en France, le vivront lors de la Vigile pascale.
Avec eux voulons-nous, nous aussi accepter que dans nos vies, les difficultés, les échecs puissent être un passage pour vivre autrement, pour renaître à une nouvelle vie plus humaine et plus heureuse ?
Ce passage, Jésus l'a vécu en premier et il nous entraîne à sa suite. Ayons confiance.

Joyeuses Pâques à tous les catholiques et à tous les chrétiens - car cette année nous fêterons Pâques le même jour - joyeuses Pâques à tous les habitants du Val-de-Marne !


+ Michel Santier
Evêque de Créteil

Mgr Santier, évêque de Créteil

17 avril 2014

POur le Pape François, l'éducation des enfants ne doit pas suivre la pensée unique

bice-logo-fr-fr

Recevant une délégation du Bureau catholique international de l’enfance le vendredi 11 avril, le Saint-Père a pris la suite du pape Benoît XVI pour demander pardon des abus sexuels commis sur des enfants par des prêtres. Dans le même temps, il a appelé à protéger la famille naturelle, et les enfants contre des systèmes d’éducation déviants. Extraits de son discours.

« Je me sens appelé […] à demander pardon » pour les actes que certains prêtres « ont commis, pour les abus sexuels sur des enfants », a ainsi affirmé le pape de façon improvisée, formulant pour la première fois personnellement des excuses explicites sur ce sujet. Il a déclaré se sentir « interpellé par tout le mal que nombre de prêtres, une minorité, ont fait en agressant sexuellement des mineurs. L’Église est consciente de ce drame. Ces prêtres ont également blessé l’Église et il faut agir pour traiter ce problème et prendre les sanctions qui s’imposent. Il faut agir avec force car on ne doit pas plaisanter avec l’enfance… »

Le droit de l’enfant à grandir dans une famille (avec un père et une mère)

« Il est de première importance de développer des projets de lutte contre l'esclavage, le recrutement des enfants soldats, la violence contre mineurs. Il faut donc rappeler le droit de l’enfant à grandir dans une famille, avec des parents capables de créer un climat favorable à leur développement et à leur croissance affective. Et il faut être très attentifs en cela à bien insister sur le caractère masculin et féminin des parents. »

05-12-Ecole-enfant-930620_scalewidth_630

Protéger les enfants de la dictature de la pensée unique

« Parallèlement, il convient de défendre le droit des parents à choisir le type d’éducation, y compris morale et religieuse, qu’ils veulent pour leurs enfants. Pas plus que sur les adolescents on ne peut soumettre les enfants à des expérimentations éducatives. Ils ne peuvent pas être des cobayes ! Les horreurs qu’ont produites en particulier les dictatures génocidaires conservent leur actualité sous des présentations plus modernes pour pousser enfants et jeunes vers la dictature de la pensée unique. Récemment, un grand expert en éducation m’a confié que, certaines fois, on a l’impression d’envoyer les enfants dans des écoles qui ressemblent à des camps de redressement. »

Pour cela, une formation nécessaire

« Œuvrer en faveur des droits de l’homme signifie avoir une claire formation anthropologique, être bien préparés à appréhender la nature humaine et à répondre aux défis d’une culture et d’une mentalité que diffusent les mass médias. Il ne s’agit pas de se réfugier dans un système de protection dépassé et incapable de faire fleurir la vie… C’est avec toutes les valeurs de la personne qu’il faut faire face aux défis culturels. Offrez donc à vos cadres une formation permanente en matière d’anthropologie de l’enfant, car c’est là que se trouvent les fondements des droits et des devoirs, de là que dépendent tous les projets éducatifs. Ces projets doivent aller de l’avant et s’adapter dans le respect de l’identité humaine et de la liberté de conscience ». Pensant au logo de la commission pour la protection de l’enfance et de l’adolescence de Buenos Aires, qui représente la Fuite en Égypte, le pape a dit qu’il faut parfois fuir pour se défendre, parfois s’arrêter et combattre

14 avril 2014

Quelques dates importantes et une INFO-CHOC !

Chers amis,

En ce début de Semaine Sainte quelques informations à partager à faire suivre à vos parents et amis :

1) Messe Chrismale mercredi 16 avril, (attention cette année c'est un mercredi)
En famille, en peuple, en Eglise, nous sommes tous invités à vivre ce temps fort diocésain pendant la Semaine Sainte.
19h au Palais des sports de Créteil, rue Pasteur Vallery-Radot

Le Palais des sports était plein, comme d'habitude et l'ambiance joyeuse et priante !

Affiche_padre_cup_2014

 

2) Padre Cup, le championnat de Karting des prêtres, jeudi 1er mai, pour la première fois une équipe de notre diocèse y participera. C'est une équipe de Notre Dame de Vincennes, poussée par les AFC de Vincennes St Mandé qui courra pour la Fondation Lejeune. Cette équipe est composée du Père Gavois, de Catherine Bensoussan et de Philippe Desmoulins-Lebeault. C'est l'équipe N° 15. Vous trouverez tous les détails sur le site de la Padre Cup avec de nombreuses photos et vidéos. Nous comptons sur vous pour venir les encourager et passer ainsi une belle journée au vert ... Les inscriptions sont encore ouvertes, si vous connaissez un prêtre intéressé, faites-lui passer l'information. Vous y retrouverez l'abbé Amar qui est venu animer notre journée départementale. C'est ça, l'info choc, une manière décontractée de vivre l'Eglise autrement !

La Padre Cup est un challenge de plusieurs heures, au cours duquel chaque tour parcouru vaudra un euro (versé par le public et les sponsors) à des œuvres humanitaires.

La Padre Cup, un événement original à faire connaître, une compétition comme on n’en a jamais vue !

Parce que les curés d’aujourd’hui, s’ils se font rares, ne sont pas tristes.

Parce qu’ils ont la tête au Ciel et le pied au plancher…

3) Veillée de la miséricorde, samedi 26 avril à 20h à Saint Charles de Joinville, à l'occasion de la canonisation de Jean XXIII et Jean-Paul II

veillee-vie-diocese-creteil

4) Veillée pour la vie à Notre Dame de Paris, le lundi 5 mai. A l'invitation de tous les évêques d'Ile-de-France, les diocésains sont invités à une grande veillée à la cathédrale Notre-Dame de Paris. Veiller pour la vie, c'est évidemment demander, dans la prière, la grâce d'un véritable respect de la vie. Mais c'est aussi s'encourager mutuellement à accueillir, à protéger et à servir la vie de multiples façons.

Rassemblement en diocèse à 20h à l'Eglise ST Paul/St-Louis, marche méditative avec Mgr Santier jusqu'à la cathédrale où l'on rejoindra les autres diocèses. Nous prierons avec Sainte Gianna Beretta Molla une jeune femme du XXème siècle qui a donné sa vie pour que vive son enfant. Nous vous attendons très nombreux pour entourer notre évêque et prier tous ensemble pour la vie.

 

 

DSCN54275) Samedi 17 mai Veillée anniversaire des Veilleurs du Plessis-Trévise de 21h à 22h.  Cela fera un an que ce groupe de Veilleurs existe. C'est le seul sur notre département. Il se réunit tous les 15 jours (hors vacances) sur la Place du Marché du Plessis-Trévise.  Le thème ce soir-là sera  "les Veilleurs", en effet il est bon de se rappeler pour quoi, pour qui nous veillons. Les Veilleurs sont maintenant présents dans plus de 150 villes en France et dans une douzaine de pays à l'étranger.Les Veilleurs veillent pour refuser que la génération qui vient soit le fruit de quelque fabrication scientifique et idéologique. Les Veilleurs veillent pour défendre le droit des enfants à un père et une mère. Les Veilleurs veillent pour donner du beau à voir et à entendre, parce que la culture est la nourriture de l'intelligence, parce que le combat politique d'aujourd'hui est fondamentalement culturel. Venez veillez avec nous !

 

6) Grande conférence-forums sur l'éducation le jeudi 5 juin à 20h30 à la Mairie de Saint Maur, avec le Père Yves Combeau, Pascale Morinière... Une conférence sur la transmission de la foi aux jeunes suivie de la présentation de différentes aides à l'éducation : les Chantiers éducation, Teenstar, le Cyclo-show, la prière des mères, l'éducation affective et sexuelle... Plus d'informations très bientôt, mais en attendant, retenez la date.

Bulletin d'inscription Terre Sainte 2014 face bis court jpg

 

 

7) Notre pèlerinage en Terre Sainte du 20 au 29 octobre.

Il est temps de réserver vos places pour ressourcer la foi de nos familles, en couple, en famille ou même seul. Vous pouvez régler en plusieurs chèques qui seront déposés plus tard.

 

Bulletin d'inscription Terre Sainte 2014 et renseignements pratiques 

10 avril 2014

PMA Fécondation in vitro : 10 points à connaître avant de décider

Fécondation artificielle d'un ovule

Un couple sur six connaît une expérience d’infertilité. Mon mari et moi sommes tous les deux issus de familles nombreuses. Jamais nous n’avions fait face à la stérilité. En fait, avant de nous marier, nous avions discuté des obstacles que nous pourrions rencontrer dans le mariage : comment gérer  conjointement notre budget, comment équilibrer vie familiale et activité professionnelle, comment concilier nos différences de caractères et organiser les tâches ménagères. Finalement, nous n’avions pas discuté de la stérilité.

  Et c’est pourtant ce qui nous attendait. Le diagnostic fut à la fois inattendu et dévastateur. Alice Domar, chercheuse en médecine à l’Université d’Harvard, rapporte que « pour la majorité des femmes stériles, la stérilité est l’expérience la plus bouleversante de leur vie. Les femmes ne pouvant pas avoir d’enfant ont des niveaux d’anxiété et de dépression équivalents à ceux des femmes atteintes de cancers, du sida ou de maladies cardiaques. »

 Les pratiques telles que la Fécondation In Vitro (FIV) semblent offrir un réel espoir pour les couples en désir d’enfants. Dans le cadre de cette procédure, la femme prend des hormones pour stimuler ses ovaires à produire plusieurs œufs en un seul cycle. Les œufs matures sont ensuite recueillis via une aspiration ou parfois par opération. Le médecin place alors chaque œuf dans une  bassine de sperme, jusqu’à la création d’embryons. Une fois que le procédé de fertilisation a eu lieu, un ou plusieurs embryons sont implantés dans l’utérus de la femme avec l’espoir qu’au moins l’un d’entre eux s’implante avec succès et arrive à terme.

 Par ailleurs, qu’est-ce qu’un “embryon” ?  L’embryon découle de l’union réussie entre le sperme et l’œuf. C’est alors un nouvel être humain qui prend vie. Dans un bon environnement et sous de bonnes conditions, il va continuer à grandir : d’abord fœtus puis nouveau-né, pour après être un enfant, un adolescent et un adulte. Un embryon est donc une personne à son stade le plus jeune.

 La difficulté posée réside dans le fait que, quand on comprend ce qu’est la FIV, on se rend compte que cela n’est pas une bonne chose. La plupart des gens trouvent difficile qu’il puisse y avoir un problème d’ordre moral ou éthique dans cette procédure découlant pourtant d’un désir naturel et bon d’enfanter. J’ai dû expliquer à de nombreux amis et membres de ma famille pourquoi nous refusions de procéder à une FIV. Oui, la fécondation in vitro peut permettre à des couples de procréer l’enfant de leur désir. Pour certains ce désir l’emporte sur tout le reste.

 

 Je vous propose ici dix points que j’ai appris sur la FIV, qui pourrait aider les couples à prendre leur décision.

 

infertile-couple

1. La FIV remet en cause la notion de parents

 La vielle façon de faire des enfants implique l’union physique d’un homme et d’une femme. Or, même la fécondation in vitro la plus basique implique que d’autres personnes interviennent dans l’acte de création : docteurs et techniciens qui prélèvent le sperme et les œufs, les fertilisent dans un laboratoire et les placent dans le corps de la femme. Mais cela peut se compliquer : substituts, don d’ovules, don de sperme, enfants conçus dans des chambres froides, provenant de sperme de pères décédés, des technologies impliquant trois échantillons d’ADN, … .

  Vous pouvez ne pas vous en inquiéter. Mais cela peut mettre les enfants issus de FIV dans la confusion, les bouleverser. Les données en sciences sociales montrent que les enfants issus de donneurs déclarent lutter avec leur identité et leur origine. On apprend aussi que leur niveau de dépression et de dépendance aux drogues est bien plus élevé que les autres personnes, conçues naturellement.

2. La FIV est une forme d’eugénisme

 On peut se rappeler ici Le Meilleur des mondes, d’Aldous Huxley. On retrouve effectivement aujourd’hui les fameuses « chambres de fertilisation » ou encore  la « salle de prédestination sociale ». Pourquoi évoquer cela ? Eh bien, parce que, afin d’augmenter les chances de réussite, la FIV implique un diagnostic et un dépistage pour obtenir le « meilleur » bébé. Á titre d’exemple, le sperme est lavé pour isoler les spermatozoïdes en meilleure santé et les plus rapides. Ils peuvent aussi être triés par genre selon que les futurs parents souhaitent un garçon ou une fille.

 Les œufs peuvent également être examinés pour rechercher les anomalies chromosomiques. Les cliniques de fécondation in vitro peuvent de plus utiliser le diagnostic préimplantatoire pour détecter des conditions génétiques et mutations chromosomiques (ou encore des traits non souhaités, comme par exemple le fait d’avoir une fille).

 Avec le diagnostic préimplantatoire, une, ou plusieurs, cellule est prélevée de l’embryon en développement et ensuite évalué. Seuls les embryons « en bonne santé » sont transférés dans l’utérus de la femme.

  Cela peut paraître attrayant lorsque l’on éprouve des difficultés à concevoir. On voudrait alors optimiser les chances d’avoir un enfant en bonne santé. Mais, ce faisant, il faut reconnaître qu’on met de côté les bébés non voulus, par préférence pour le « bébé parfait ». Cette pratique a un nom quand on l’applique aux adultes, selon des critères de sexe, de race ou bien d’handicap.

 3. Nous ne connaissons pas les effets de long terme de la FIV sur la santé des enfants

 Bien que la fécondation in vitro soit utilisée depuis 1978, et que 5 millions d’enfants aient vu le jour suite à ce procédé, nous ne connaissons pas entièrement les effets sur le long terme ou encore les conséquences des manipulations en laboratoire sur la santé des personnes qui en sont issues. Une étude présentée à l’Académie américaine de pédiatrie suggère qu’il y a un risque accru de malformations congénitales chez les enfants nés par FIV. D’autres risques établis sont les taux plus élevés de prématurés et d’enfants au poids faible, en particulier car on augmente la probabilité des grossesses multiples.

 4. Un fort taux d'échec

 Malgré la promesse qui vous a été faite, la FIV n’est pas toujours couronnée de succès. En 2012, selon des statistiques publiées par la Société pour la Reproduction Assistée, seules 35,9% des cycles de FIV ont engendré une grossesse et seulement 29,4% des cycles ont donné jour à une naissance. Le taux de succès diffère selon l’âge de la femme (pour les femmes âgées de plus de 42 ans, les chiffres sont respectivement de 8,3% et 3,9%) et selon que les embryons sont décongelés ou frais.

Salle de conservation en azote liquide du fond "La pouponnière du futur" !

 5. Plus d’un demi-million d’embryons sont stockés (Aux USA)

 Afin d’accroître les chances de succès, de multiples embryons (environ une douzaine) sont créés pour chaque cycle. Or, il n’est ni sûr ni efficace de tous les implanter en même temps dans l’utérus de la femme. De fait, des centaines de milliers d’embryons « non utilisés » sont laissés à l’abandon. Les couples se battent pour savoir que faire de leurs embryons en trop. Pour les États-Unis seuls, on estime à 500 000 le nombre d’embryons conservés en attente. En France on estime que le nombre est d’environ 205 000, soit presque le nombre d’habitants que la ville de Lille. Cela peut inclure une implantation future (soit à la mère, soit à une autre personne voulant « adopter » un embryon pour pouvoir être enceinte), une recherche scientifique ou une destruction.

 6. La fécondation in vitro implique un mépris total pour la vie humaine

 Le nombre d’embryons qui ne survivent pas aux phases de tests ou aux procédés d’implantation, ainsi que le dilemme du surplus des embryons congelés, mettent en évidence un grand « gâchis ». Étant donné le taux d’échec inhérent aux FIV, nous devrions nous poser et réfléchir. Oui ou non, devons-nous, en conscience, détruire autant de vies pour en créer une seule ?

 7. Parfois, la fécondation in vitro implique un avortement

 La FIV entraîne en effet la destruction intentionnelle de la vie humaine. Quand de multiples embryons sont créés et transférés dans l’utérus d’une femme, la plupart s’implantent avec succès. La « réduction sélective » est ainsi une technique utilisée dans ce cas pour réduire les possibilités de grossesses multiples.

 8. La FIV est aussi risquée pour la femme

 Le procédé requiert que la mère (ou la donneuse d’œufs) se soumette à un traitement de stimulation hormonale. Un tel processus n’est pas sans risques, de même ensuite pour l’implantation. Aussi, en raison de la probabilité plus forte de grossesse multiple, avoir recours à la FIV augmente le risque de complications.

 9. La fécondation in vitro n’est pas un remède contre la stérilité 

 Une femme en bonne santé doit être en mesure de concevoir et de porter un enfant. Si elle ne peut pas, c’est que quelque chose ne doit pas aller au niveau médical ou psychologique. Alors qu’elle pourrait être traitée de différentes autres façons, la FIV ne va pas l’aider puisque l’on se concentre uniquement sur le fait de "fabriquer" un bébé. Cela ne va pas restaurer sa fertilité ni lui permettre d’avoir par la suite des grossesses naturelles.

 10. La fécondation in vitro chosifie les femmes et les enfants

 En effet, le procédé traite les femmes comme un moyen d’avoir des enfants, plutôt de les traiter comme une personne. L’attitude qui sous-tend la FIV est de donner à la femme un produit, le « bébé », plutôt que de l’approcher avec intégrité comme une personne qui a le droit à des soins de santé. La FIV est une industrie multi-milliardaire qui combine les pires aspects de la performance technologique avec la mentalité consumériste. De plus, elle se nourrit d’un désir naturel (et bon), la procréation. La fécondation in vitro chosifie également les femmes donneuses, qui donnent leurs œufs « en bonne santé ». L’enfant « produit » par la FIV est de même chosifié puisqu’il a été traité dès sa conception comme interchangeable plutôt que comme une personne unique.

la-famille

  Si, comme mon mari et moi, vous vous interrogez sur la fécondation in vitro, quelles sont vos options ? Les couples qui affrontent la stérilité ont de meilleures options. Napro Technology, par exemple, approche la stérilité d’un point de vue global, en traitant les problèmes de santé des personnes qui pourraient être la cause de cette stérilité, et se concentre sur le diagnostic. Leur taux de succès est plus élevé que celui des FIV. Enfin, bien sûr, il y a d’autres façons de construire une famille, par exemple via l’adoption, qui n’implique pas de risquer des vies humaines.

 

Que dire si vous avez suivi des traitements médicaux épuisants et que vous ne pensez pas être faits pour l’adoption ?

Que faire si la fécondation in vitro est votre dernier espoir de concevoir et porter un enfant ?

Cela peut être très difficile à accepter, d’en faire son deuil.

Mais, si on cherche à réaliser ce désir d’enfant via la FIV, il nous faut aussi nous demander à quel prix.

 

 G.B.

 Traduit et adapté de la version anglaise d’Aleteia.

07 avril 2014

LE MARIAGE, REFLET DE L'AMOUR DE DIEU

Pape et mariésDurant l'audience générale tenue place St.Pierre, le Pape François a conclu son cycle de catéchèse consacré au mariage, un sacrement, a-t-il dit,

"qui nous porte au coeur du projet de Dieu, fait d'alliance et de communion avec son peuple et avec chacun de nous. Dieu a crée l'homme à son image, homme et femme il les a créés... L'homme quittera ses parents pour s'unir à une femme et avec elle ne faire plus qu'un. Le couple, homme et femme ensemble, non séparément, reflètent l'image de Dieu... Nous avons été créés pour aimer, comme reflets de l'amour de Dieu.

Dans l'union conjugale, l'homme et la femme réalisent cette vocation dans la réciprocité et d'un partage de vie total et définitif... Le mariage correspond à une vocation spécifique qui doit être considérée comme une consécration. L'homme et la femme se consacrent par amour.

createfamily

Par la force du sacrement les époux sont investis d'une mission particulière qui consiste à manifester ordinairement jour après jour l'amour du Christ envers son Eglise... C'est là un dessein magnifique. Le mariage est l'icône de l'amour que Dieu porte à l'humanité. Dieu est communion dans les trois Personnes, vivant à jamais dans l'unité parfaite, et de là découle le mystère du mariage. Dans le mariage Dieu fait des époux une seule chair, ainsi que le dit la Bible au moyen d'une expression forte".

Dans l'épître aux éphésiens, a poursuivi le Saint-Père, Paul confirme que les époux chrétiens reflètent le mystère du rapport entre le Christ et l'Eglise. "C'est une chose merveilleuse que le sacrement du mariage ! Qui s'accomplit simplement et malgré la fragilité de la condition humaine. Tout le monde connaît les difficultés et les épreuves de la vie conjugale, litiges, problèmes avec les enfants, problèmes au travail, problèmes d'emploi ou financiers... L'important est de maintenir vif le lien avec Dieu, qui est à la base de l'union matrimoniale. Pour cela il faut que la famille prie", afin que le lien survive. Mari et femme doivent prier l'un pour l'autre, afin de ne pas sombrer et de trouver des solutions. "Si telle est la condition humaine, l'amour est toujours le plus fort".

Prière en famille

Puis il a révélé son conseil aux époux, de toujours commencer la journée par de petits gestes de paix. "Comme je l'ai déjà dit sur cette place, le secret d'une vie matrimoniale réussie se résume à trois formules magiques: S'il te plaît, merci et pardon... Pardon est la plus difficile à dire, mais avec la prière des époux l'un pour l'autre le couple rétablit sa paix".

Posté par AFC94 à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

03 avril 2014

Le temps des mensonges est révolu, plus rien ne sera comme avant au beau pays de France !

Les veilleurs

  

Merci aux frères Martineau,

Merci à Steven Riche,

Merci à Michael Londsdale,

Merci à Charles Peguy,

Merci à tous ceux qui nous éveillent...

Merci, merci, merci....

 

 

Ecoutez bien toutes les paroles, elles valent leur pesant d'or !

 

Le temps des veilleurs

 

 

 

31 mars 2014

Conférence sur le gender à Charenton jeudi 3 avril

Affiche conference du 3 avril 2014

Le jeudi 3 avril à 20h30, n'oubliez pas la  conférence « Homme et femme à l'ère du genre - réconcilier égalité et différence »

Avec la Pastorales des familles, le Cler amour et famille et l'Enseignement Catholique du diocèse de Créteil nous vous proposons de prendre le temps de la réflexion et du recul avec les regards croisés de Catherine Denis, médecin, théologienne moraliste et Jean Caron, philosophe, diacre.

Pour mieux comprendre ce sujet, en percevoir les enjeux éducatifs et se donner quelques points de repères chrétiens.

Pour mieux accompagner les jeunes et les aider à se construire dans une relation homme/femme équilibrée et garder un regard d'espérance pour le monde et la société.


La conférence aura lieu au Lycée Notre Dame des Missions, 4, rue du Pdt Kennedy à Charenton.

Elle sera suivie d'un temps d'échange avec les personnes présentes.

Pour se rendre sur place, privilégier les transports en commun (M° Liberté – ligne 8)

 

 


Renseignements : Marina Trelle 01 45 17 23 60

 

 

 

 

 

 

 

Posté par AFC94 à 08:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,



Fin »