Fédération des Associations Familiales Catholiques du Val de Marne


02 mars 2015

LA GUERRE COMPLIQUEE par Mgr Ravel

 

Après l’émotion, l’analyse. 

Après la tempête des cris, le roc de la pensée.

Que dire tandis que l’interprétation des attentats déblaie le paroxysme de l’émotion ?

Nous, chrétiens, que penser et que faire alors que s’apaise la vague de la stupeur et de la douleur partagées ?

Allons-nous faire la guerre ?  Ce beau texte de Mgr Ravel, évêque aux armées françaises, peut nous aider à faire le point et à nous poser les bonnes questions.

consecration

Après l’émotion, l’analyse. Après la tempête des cris, le roc de la pensée. Que dire tandis que l’interprétation des attentats déblaie le paroxysme de l’émotion ? Nous, chrétiens, que penser et que faire alors que s’apaise la vague de la stupeur et de la douleur partagées ? Allons-nous faire la guerre ?Après l’émotion, l’analyse. Après la tempête des cris, le roc de la pensée. Que dire tandis que l’interprétation des attentats déblaie le paroxysme de l’émotion ? Nous, chrétiens, que penser et que faire alors que s’apaise la vague de la stupeur et de la douleur partagées ? Allons-nous faire la guerre ?La guerre. Son nom est aujourd’hui prononcé. Mettre un mot sur la réalité est gagnant. Mais de quelle guerre s’agit-il ? Dans toute guerre, la tendance facile consiste à se mettre dans le camp du bien contre des ennemis empêtrés dans celui du mal. Ainsi nous plaçons-nous dans le camp de la liberté contre l’islamisme obscurantiste. Mais concrètement est-ce aussi simple ? En luttant contre le terrorisme à revendication religieuse, en face des islamistes, sommes-nous pour autant dans le camp du bien tout pur ? Ne risquons-nous pas d’être aspirés dans une spirale libertaire et suicidaire avec qui nous partageons le même combat, contre le terrorisme, mais pas nécessairement les mêmes certitudes ? Dans la Résistance, il y avait de nombreux communistes. Pour autant, devions-nous adhérer à l’idéologie communiste en résistant contre le nazisme ? Nous y sommes. Voilà que, dans la guerre naissante, la peur nous saisit d’être pris à revers… Le chrétien se sent jeté précipitamment dans la zone de no man’s land où s’échangent les tirs d’obus. Il rampe au milieu des mines et autres barbelés, entre deux tranchées adverses d’où pleut la mort. Sa place au cœur de la bataille se résume alors à aller chercher les blessés pesant sur la boue tandis que deux idéologies terribles, deux pensées de mort, deux camps inhumains s’affrontent au-dessus de sa tête. Il sait

Jesus-Agneau-de-Dieu de Rupnik

qu’il en sera la première victime, dans la foulée de son Maître, l’Agneau de Dieu qui l’envoie comme une brebis au milieu des loups. Pris pour un ennemi par les deux côtés, il recevra la mort de l’innocent, brancardier du monde, titubant entre les corps, pour la dignité du mort et le salut du blessé. Voilà que, avec inquiétude, nous découvrons que notre guerre n’est pas simple ; qu’il nous faut choisir notre camp ; que nous nous armons contre le mal manifeste sans prendre position pour le mal sournois. Le chrétien se sent pris en tenaille entre deux idéologies. D’un côté, l’idéologie qui caricature Dieu au mépris de l’homme. De l’autre, l’idéologie qui manipule l’homme au mépris de Dieu.

D’un côté, des adversaires déclarés et reconnus : les terroristes de la bombe, vengeurs du prophète. De l’autre côté, des adversaires non déclarés mais bien connus : les terroristes de la pensée, prescripteurs de la laïcité, adorateurs de la République. Dans quel camp se situer comme chrétien ? Nous ne voulons pas être pris en otage par des islamistes. Mais nous ne souhaitons pas être pris en otage par des bienpensants. L’idéologie islamique vient de faire 17 victimes en France. Mais l’idéologie de la bienpensance fait chaque année

Saint Innocent200 000 victimes dans le sein de leur mère. L’IVG devenue droit fondamental est une arme de destruction massive. Alliés pour la France avec d’autres, nous devons faire front contre les attaques terroristes explicites. Mais, pour autant, nous ne devons pas cautionner les folies de l’euthanasie, du mariage pour tous et autres caricatures de Charlie-Hebdo. Que faire ? L’histoire n’est pas neuve. Il s’agit de faire corps avec son pays, mais de refuser les idéologies qui le traversent. Etre russe, sans être soviétique, chinois sans être communiste, allemand sans être nazi. Les idéologies ne font que passer. Au regard de l’histoire, leur durée de vie est plus courte que leurs propagandistes ne le pensent. Bien avant, les prophètes eurent la même attitude : tout en se rangeant du côté du peuple d’Israël, ils en dénonçaient les perversions. L’invasion des babyloniens n’empêche pas Jérémie de protester contre les idolâtries du peuple dont il partage la destinée. Né vers 650 avant J.C., Jérémie va connaître la période tragique de la ruine par morceaux du Royaume de Juda alors concentré autour de Jérusalem. En 587, Jérusalem est prise par les babyloniens, le Temple est incendié, la population déportée. Passionné par Juda, passionné par Dieu et pour son peuple, Jérémie fulmine aussi bien contre Juda que contre les nations païennes. La première partie du livre contient des menaces contre Juda et Israël (1, 1 à 25, 13), la deuxième partie contre les nations, les peuples adverses (25, 13 à 25, 38 et 46 à 51). Les autres passages sont essentiellement biographiques, Jérémie y révèle ses souffrances. Il fait corps avec son peuple : il souffre de tous ses membres de son infidélité mais il en reste solidaire jusqu’au bout. A ce qu’il me semble, à ce point de mes réflexions, j’ose affirmer qu’épouser la cause de Dieu pour sauver l’homme ne signifie pas refuser de servir son pays. S’éloigner des combats jugés fugaces pour l’éternel Royaume. Refuser la loi des corps et des esprits qui naissent et grandissent dans la lutte. Mais je crois pouvoir dire qu’épouser la cause de Dieu pour sauver l’homme signifie : Reconnaître toutes les idéologies, leur virulence, leur opposition (souvent l’une révèle l’autre). N’en suivre aucune : les dénoncer symétriquement et systématiquement. Ne pas en construire une autre, à mi-chemin entre les deux. Et pour cela, il y a une discipline à pratiquer : Se méfier des idées, de toutes les idées surtout enveloppées de croyances, voire de christianisme. Les idées tuent, elles sont les idoles modernes auxquels on sacrifie l’homme libre. Aller vers l’homme concret, individuel, de chair et d’os : tant d’idéologies humanistes organisent les génocides au nom de leurs principes. Que de morts au nom de la vie, que d’emprisonnements au nom de la liberté ! Ce chemin de l’homme concret conduit à Dieu.

prions-pour-la-france-v6

Le chrétien n’est pas apatride : sur terre, il appartient à des communautés dont deux sont d’institution divine, la FAMILLE et la NATION. Où en sont-elles ? De cette discipline découlent trois missions concrètes, c’est le camp du chrétien et son action particulière dans la guerre : Il va à l’homme individuel. Il va vers lui, en épousant ses joies et ses espoirs… tout ce qui le rapproche de cet homme blessé lui convient mais le partage de la même misère est le meilleur raccourci pour aller à l’autre. Il défend la

Bandeau

FAMILLE. Car c’est la première communauté d’hommes et de femmes concrète qu’il rencontre et sans laquelle il finit par imploser dans sa solitude. Le pape François aux Philippines (16.01.2015) s’écrie : « Comme nous avons su dire non à la colonisation politique, nous devons dire non à toute forme de colonisation idéologique qui viserait à détruire la famille. » Il prend part à la dynamique de son pays. Et s’il doit combattre dans les rangs de son armée, il le fait sans honte et sans retenue. Car se faisant, il ne prend pas la cause de telle ou telle idéologie semée dans sa nation ; les poilus de 14 ne prenaient pas fait et cause pour l’anticléricalisme régnant en se battant pour la France. Le catholique allemand devait être dans les rangs allemands et le catholique français dans les rangs français. La cause de l’homme, le camp de Dieu s’incarne ainsi dans l’HOMME, la FAMILLE, la NATION. A nous de nous intégrer à fond dans l’HOMME, la FAMILLE et la FRANCE. Guerre compliquée, donc, parce que nous sommes courageux mais aussi lucides. Nous voulons défendre la France mais sans être pris en otage par une revue de misère. . NOUS VOULONS NOUS OPPOSER AU TERRORISME ISLAMIQUE SANS DONNER RAISON AU TERRORISME CONTRE DIEU. Nous serons courageux avec les autres mais nous serons lucides pour les autres en questionnant.

Coptes assassinés

Par exemple, à force de laïcité (agressive) n’avons-nous pas laissé le saint Nom de Dieu entre de bien mauvaises mains ? A force de le cacher dans un placard, n’avons-nous pas laissé le saint Nom de Dieu moisir en milieu de haine ? Certaines questions feront mal à nos élites, docteurs de la Loi, gardiens du Temple. Comment aussi demander aujourd’hui à des musulmans droits et de bonne volonté de s’intégrer à une France qui leur est présentée comme une somme de valeurs libertaires, irréligieuses, amorales ? L’intégration en France ne doit pas présupposer l’assimilation à des valeurs déifiées et erronées. On peut, on doit demander l’intégration à la France mais pas à la caricature de la France. L’intégration, par ailleurs, fait peur à certains au motif que chacun doit rester avec sa culture, sa religion etc. On pourrait en rire en d’autres circonstances : en république laïque, l’intégration n’impose aucune religion ou changement de religion ! Et donc pourquoi revenir sans cesse sur cette conjugaison religion-intégration ? Intégration signifie faire corps ensemble, comme la main, le foie, le cœur ne s’intègrent au corps qu’en réunissant leur force pour la vie de la personne totale. Quand un soldat français musulman combat et meurt pour la France, lui a-t-on demandé de renoncer auparavant à sa culture et à sa religion ? La position, je parle là en militaire, sera inconfortable. Mais avec la Grâce, elle ne sera pas intenable. Seul notre courage validera notre lucidité aux yeux des autres. Seule notre lucidité validera notre courage aux yeux de Dieu.

 

Je suis Xtien

 

+ Luc RAVEL

Evêque aux armées

 

 

23 février 2015

CARÊME 2015

cendres

En cette journée de joie où l’Église travaille au bonheur de tous en suppliant chacun de laisser la poussière de la terre marquer son front, nous prions pour la France, altière et sûre d’elle-même, mais oui ! Fière de son histoire, de sa culture, de sa langue, de son savoir-vivre, de sa verve, il faudrait dire de son esprit, et bien sûr de sa cuisine.

Cependant, par je ne sais quelle culpabilité liée à la puissance de son être, de temps en temps et par à-coups, elle se prend à vouloir renverser sa grandeur, jurant ses grands dieux auxquels elle ne croit plus qu’elle est prête à bazarder sa bonne soupe aux orties pour boire d’un trait le potage clair et insipide servi par un mondialisme sans avenir. C’est ainsi. N’en soyons pas étonnés.

« Il y a de tout, disait Montherlant, en certaines âmes, et parfois au même moment. » Et l’âme de la France n’échappe pas à cette loi. Aussi, sans doute est-il plus juste et plus efficace de prier aujourd’hui non pour notre pays dont on ne sait plus ce qu’il est et sous quel vent il fait la girouette, mais pour ses habitants qui, fort heureusement – j’en suis convaincu -, vénèrent, malgré les apparences, l’usage de leur liberté en la faisant parfois crisser sous une pointe d’insolence venue de ses gènes. Pourvu que nous ne perdions jamais le Nord de notre beauté et que, demain, nous refusions catégoriquement de nous mettre en rang ! Je prie à ces deux intentions et vous les envoie en plein coeur.

À vous, frères français qui habitez l’hexagone ou qui arpentez d’autres terres, à vous qui placez la liberté au-dessus de toutes les valeurs – on ne se refait pas – écoutez encore ou pour la première fois la voix du Christ qui seule met entre les mains de l’Homme les rênes de la vie ! Depuis deux mille ans, sans user de menaces ni agiter le hochet des récompenses, la voix christique supplie le coeur humain de se réfugier dans le camp de l’Évangile où les idées les plus heureuses parce que les plus altruistes mènent la danse du bonheur ! Mais bon sang ! Quand allons-nous les approuver et les danser jusqu’à l’éreintement ?

Les temps sont durs, qu’on se le dise ! Durs, autant dire, peu aimants.

Coptes assassinés

Lors des derniers événements qui ont troué des poitrines humaines – pourquoi se cacher la vérité puisqu’elle rend libre ? – il y eut parmi les va-t-en-guerre et les fervents de l’Enfer, des catholiques pas assez chrétiens qui se réjouirent de la mort de leurs frères jugés obscènes, et ils l’étaient en effet, mais pas uniquement, du moins si nous considérons que certains de nos actes ne disent pas tout ce que nous sommes, et d’autres qui souhaitèrent tout bonnement, la langue fourchue et les cornes en avant, que tous les musulmans dégagent de notre pays ou soient passés au fil de l’épée.

Ah ! Il est grand temps que le Carême arrive ! Qu’à cela ne tienne, dit le Ciel impatient ! Le voici maintenant qui surgit en ce premier jour à portée de volonté pour prendre notre haine et la jeter dans la marmite du diable, cette fournaise de bêtise et de méchanceté d’où elle est sortie. En vérité, en vérité, je vous le dis : pendant ces quarante jours qui nous séparent de Pâques, il sera inutile que nous multipliions les prières et les eucharisties, il sera inutile que nous jeûnions des meilleurs desserts, il sera inutile que nous dressions des chèques aux oeuvres sociales, il sera inutile que nous formions de pieuses résolutions, si notre coeur – allons-y, notre coeur français – ne se décide pas à déverser dès aujourd’hui un torrent d’indulgence et de miséricorde sur tout homme, fût-il monstrueux dans ses pensées et son agir, jusqu’à désirer ardemment son salut éternel ! Ça, c’est du christianisme à l’état pur ! Et c’est cette pureté vécue pleinement par Notre Seigneur Jésus-Christ que Dieu attend de vous et de moi. Certains crieront à l’injustice, et, pire encore, décrèteront que les coupables doivent payer cher dans l’éternité leurs mauvais choix, et que si Dieu pardonnait de grand coeur à des assassins et à des blasphémateurs, sa justice en serait entachée. Quel blasphème ! Et que nous sommes loin ici du Lac de Tibériade !

Prions donc plus que jamais pour que tous les Français se rendent à la sagesse de l’Évangile et que, parmi eux, les catholiques que nous prétendons être se tiennent résolument à la hauteur de notre Mère Marie qui, sur le Calvaire, au milieu des insultes et des crachats, répondit à la haine qui maculait le torse de son Fils par une étrange dignité et par la démesure illogique de son amour.

 

zorkine-189x300

Méditation du Père Zanotti Sorkine pour le Mercredi des Cendres sur le site de La Neuvaine

Posté par AFC94 à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

16 février 2015

10 excellentes raisons d'adhérer MAINTENANT

AFc Raisons d'adhérer

Depuis plus de 100 ans, les AFC portent la voix des familles auprès des pouvoirs publics, des acteurs économiques et sociaux..


Notre efficacité dépend de la force de nos arguments et du nombre d’adhérents. Plus nous serons nombreux, plus notre voix sera écoutée.  Pour vous convaincre et convaincre autour de vous de la nécessité voici : 

10 EXCELLENTES RAISONS D’ADHÉRER MAINTENANT !!

  1.  

    96264497_o

    Parce que, comme beaucoup, vous constatez que notre société ne prend pas la bonne direction sur de multiples sujets sociaux ou culturelsmais que vous ne savez pas trop où ni comment vous investir…. Et vous vous dites qu’une association qui a pour finalité de  « Promouvoir la famille,  fondée sur le mariage d’un homme et d’une femme, ouverte à la vie, éducatrice de ses membres, cellule de base de la société, source du bien être de la personne et de la société » c’est véritablement ce qu’il faut !

 

  1. Parce que la légitimité c’est nous ! Membre de l’UNAF (Union Nationale des Associations familiales), le « parlement des familles »membres de l'UDAF du 94 , les AFC sont officiellement consultées pour tout projet de loi touchant la famille. Les AFC représentent les familles auprès des pouvoirs publics et politiques : plus on est nombreux, plus on pèse (1 voix pour chaque parent, 1 voix par enfant mineur + 1 voix supplémentaire tous les 3 enfants).

 

  1.  

    voeux-2015-petit

    Parce qu’on est partout. Présentes dans vos villes, dans votre département, à l’échelon national (CNAFC) et au niveau Européen (FAFCE) les AFC portent la voix des familles à tous les niveaux.

 

 

 

 

 

 

 

  1. Parce que le réseau c’est nous !

    LMPT

    la Manif Pour Tous l’a démontré en s’appuyant principalement sur les AFC (30 000 familles en France, près de 500 dans le Val de Marne) pour bâtir sa forte implantation local et avec toutes les structures de bonnes volontés. En partic beaucoup à cet esprit de travail en synergie avec les autres acteurs locaux.

 

  1.  

    croix jaune

    Parce qu’on est clairement catholique ! Quand d’autres structures qui œuvrent aussi dans la bonne direction manquent d’une armature doctrinale, les AFC ont la chance de pouvoir s’appuyer sur la boussole de l’enseignement social de l’Eglise. Les AFC ont signé un protocole d’accord avec la Conférence des Evêques de France ; c’est la vision catholique de la famille que les AFC promeuvent devant les hommes politiques.

 

  1.  

    St Jean Paul II

    Parce que Jean-Paul II vous l’a demandé (et il est Saint maintenant !) : « Le rôle social de la famille est appelé à s’exprimer aussi sous forme d’intervention politique: ce sont les familles qui en premier lieu doivent faire en sorte que les lois et les institutions de l’Etat non seulement s’abstiennent de blesser les droits et les devoirs des familles, mais encore les soutiennent et les protègent positivement; il faut à cet égard que les familles aient une conscience toujours plus vives d’être les « protagonistes » de ce qu’on appelle « la politique familiale » et qu’elles assument la responsabilité de transformer la société; dans le cas contraire elles seront les premières victimes des maux qu’elles se seront contentées de constater avec indifférence. »  (Familiaris Consortio, n° 44)

 

  1. Parce que le staff et les bénévoles des l’AFC du Val de Marneregorgent d’énergie et de motivation… l’AFC du Val de Marne c’est : plusieurs Chantiers Education, des conférences, aux services des familles, un site, une page Facebook et un compte Twitter très actifs régulières, et évidemment le rôle de promotion de la famille de notre responsable politique pour porter publiquement la voix des familles.

 

  1.  

    Nouveau lofo valdemarne carre bis

    Parce que l’AFC du Val de Marne a des projets qui n’attendent que vous : Organisation de la veillée pour la vie en novembre chaque année et une journée départementale sympathique Et pourquoi pas, d’autres projets que vous seriez prêts à lancer !

 

  1. Parce que c’est moi qui vous le demande… et que pour me faire plaisir et parce que vous me faites confiance, vous allez le faire !

 

  1. Parce que, pour toutes ces bonnes raisons, 28€ de cotisation (seulement 10€ après déduction fiscale), ce n’est vraiment pas cher payé !

 

 

adherer_haut

 

 

 

 Pour passer aux actes, 

 

 

 

Posté par AFC94 à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

09 février 2015

PRIERE JUIVE POUR LA FRANCE

Tout en priant pour notre pays avec La Neuvaine, nous pouvons prier avec les mots de nos frères juifs, nos ainés dans la foi.

 

haim-korsia-grand-rabbin-de-france_article

Voici comment Haïm Korsia, grand rabbin de France  nous présente cette prière dans le journal Famille Chrétienne :

 

 

Quelle est votre prière pour la France à la veille de 2015 ?

La prière que nous récitons chaque sabbat est un support. Peu importent les mots, ce qui compte c’est surtout un élan spirituel pour la France. Je prie pour que la France continue d’incarner un rêve. La France ne doit pas devenir une communauté réduite aux acquêts. Nous voulons que la communauté juive participe à cette construction.

La France n’est pas une réalité flétrie. Pensez à ces jeunes soldats de 20 ans qui partent au bout du monde pour porter ses valeurs. Si la France était une vieille dame fripée, jamais ils ne seraient motivés pour aller la défendre.

 

Prier pour la France

« Dieu Éternel, Créateur et maître de l’univers, la force et la puissance t’appartiennent, par Toi seul tout s’élève et tout s’affermit, bénis et protège la France et le peuple français. Amen.

Éclaire ceux qui président aux destinées de l’État afin qu’ils fassent régner dans notre pays, la paix et la justice. Amen.

Que la France vive heureuse et prospère, qu’elle soit forte et grande par l’union et la concorde et conserve son rang glorieux au sein des nations. Amen.

Que l’Éternel accorde sa protection et sa bénédiction à nos soldats qui s’engagent partout dans le monde pour défendre la France et ses valeurs. Les forces morales, le courage et la ténacité qui les animent sont notre honneur. Amen.

Accueille favorablement nos vœux que les paroles de nos lèvres et les sentiments de notre cœur, trouvent grâce devant Toi, ô Éternel, notre créateur et notre libérateur. Amen. »

 

 

Posté par AFC94 à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

08 février 2015

Partages N°1 de l'équipe-internet

Cette équipe s'est peu à peu constituée sur Facebook. Elle se compose de 6 personnes qui ont reçu le carnet de route du Synode.

Il y a des personnes de villes différentes du diocèse et même de diocèses voisins. Il y a des personnes de plusieurs nationalités. 

Cette variété des équipiers est un des apports d'internet, c'est aussi une bonne illustration de la catholicité de l'Eglise. Catholique veut dire universel.

 

 

Première étape : Prendre soin les uns les autres

Partons de ce qui est essentiel dans toute vie humaine : il est rare que chacun soit totalement seul, livré à lui-même, abandonné. Un jour ou l'autre il nous arrive de prendre soin des autres ou que d'autres prennent soin de nous. C'est ce que nous vous proposons de partager.

Commençons par lire l'évangile du Samaritain et notons les passages les plus importants pour nous.

 

LA PAROLE DE DIEU

 

Le bon Samaritain prend soin de l'autre

"Jésus reprit la parole : « Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho, et il tomba sur des bandits ; ceux-ci, après l’avoir dépouillé et roué de coups, s’en allèrent, le laissant à moitié mort.

Par hasard, un prêtre descendait par ce chemin ; il le vit et passa de l’autre côté.

De même un lévite arriva à cet endroit ; il le vit et passa de l’autre côté.

Mais un Samaritain, qui était en route, arriva près de lui ; il le vit et fut saisi de compassion. Il s’approcha, et pansa ses blessures en y versant de l’huile et du vin ; puis il le chargea sur sa propre monture, le conduisit dans une auberge et prit soin de lui.  Le lendemain, il sortit deux pièces d’argent, et les donna à l’aubergiste, en lui disant : “Prends soin de lui ; tout ce que tu auras dépensé en plus, je te le rendrai quand je repasserai.”

La parábola del Buen Samaritano Martin Valverde Rojas | Facebook

Réflexions des équipiers internet

CDL "Pour ma part, je voudrais partager ma récente expérience : J'ai eu il y a quelques mois une grave opération, j'ai du lâcher prise complètement, me remettre totalement aux mains des autres : d'abord l'équipe médicale et chirurgicale, ensuite la famille et les amis. J'avoue que ce fut beaucoup plus facile que je l'imaginais. Il suffit de s'abandonner et ensuite on découvre qu'on est entouré de tellement d'amour et d'amité. En fait, je me suis trouvée complètement portée, comme l'homme en bleu dans les bras du Christ sur le logo du Synode. Alors que pour mon mari, ma famille, mes amis qui me portaient, l'expérience fut bien plus difficile. Conclusion = arrêtons de vouloir tout supporter seuls et essayons de nous laisser porter les uns les autres. Même si je sais bien que c'est plus facile à dire qu'à faire quand on n'y est pas obligée. A vos commentaires...... A vos expériences.."

 

LV "Dans cette histoire le Prêtre et le Lévite n'aident pas le malheureux mais c'est un samaritain qui le fait. ça montre aussi que ce n'est pas la "profession" qui fait l'homme mais son cœur. c'est le plus pauvre qui va sauver et non ceux qui devraient être bon. il faut savoir être la pour les autres dans les bons et aussi les mauvais moments. il faut savoir demander de l'aide quand on en a besoin et savoir en donner aux autres."

 

 

Equipe sur internet

Vous aussi vous pouvez participer à cette équipe, même de manière ponctuelle. Je vous invite à laisser vos commentaires sur l'évangile ou sur les autres participations par écrit.

Si vous préférez vous pouvez répondre en message privé sur la page Facebook, ou envoyer un commentaire à l'article que je publierai anonymement si vous le demandez.


Après nous être demandé :

"Qui prend soin de moi ?

Qui est mon samaritain ?"

Inversons la question, de qui suis-je le Samaritain ?

De qui ai-je compassion ?

Prendre soin de l'autre, ce n'est pas toujours faire des choses extraordinaires (cf le samaritain)

 

Mère Térésa

Celle qui a fait des merveilles nous donne un élément de réponse

Des "bandits", des personnes "rouées de coups et dépouillés", physiquement ou moralement, il y en a aujourd'hui, dans notre entourage proche.


Les voyons-nous ? Nous approchons-nous d'elles ou détournons-nous le regard ?
Un regard, un sourire, une parole, un bonjour... c'est peu, mais beaucoup pour certains.


Et nous, quand nous sommes "blessés" acceptons-nous l'aide des autres ? Leur compassion ?


Partageons nos réponses dans les commentaires ou en message privé

 

 

Madeleine_Delbrel2

MADELEINE DELBREL

 

 

Comment comprenez-vous cette phrase de Madeleine Delbrel ?

 

 

"Personne, sauf Jésus-Christ, n'a demandé à notre cœur d'aimer chacun de tous les hommes, de l'aimer jusqu'au bout et de l'aimer en toute chose. Quand un homme a été aimé de cet amour-là il en garde le souvenir. Et ce souvenir devient à son tour comme un pressentiment de l'amour même de Dieu."

 

 

Commentaires des équipiers internet :

BL "Amour gratuit mais exigeant en droits et devoirs. À la manière de Jésus-Christ"

LV "Nous sommes comblés par l'Amour de Dieu et c'est cet amour qui nous guide et que nous devons transmettre. L'amour qui est en nous et que nous partageons nous prouve l'existence de Dieu. Dieu est amour et il nous aime"

RSB " Dieu est L'amour et il nous aime. L'amour qui est en nous et que nous partageons ..."

CDL "Tout amour sincère est signe de l'amour de Dieu. Chaque fois que nous sommes aimés réellement, se souvenir de cet amour, y penser nous aide à nous représenter l'amour de Dieu, à nous rapprocher de Lui. Chaque fois que nous repensons à ceux qui ont été des Samaritains pour nous, nous nous approchons de l'amour de Dieu. Toute personne qui aime est signe de Dieu."

BL "Madeleine Delbrel de par sa vie et son oeuvre est un témoignage d'espérance pour notre temps..."

AH "e me lance. J'ai du mal avec la spiritualité de Madeleine Delbrel qui ne me touche absolument pas. Mais je vais essayer de contribuer au groupe. Oui on est aimé du Christ et cet amour est Don de Dieu. Et que si on est habité par le Christ, on permettra aux hommes de rencontrer Dieu . C'est une invitation à vivre de la grâce de Dieu et à le faire savoir au Monde !

C'est de "Dis le monde" des Glorious

SLV "Oui, je crois profondément que tout est là : dans l'Evangile, dans l'Evangile mis en oeuvre dans la vie de Madeleine... et dans nos vies, qu'en est-il ? Le Christ nous invite à aimer tout homme en son Nom. Pas seulement en actes mais aussi en vérité c'est à dire en témoignant, en disant au nom de qui nous agissons ainsi : "nous sommes fous aux yeux du monde mais sages aux yeux de Dieu" !"

† = ♥ #DisLeAuMonde - GLORIOUS

 

% {titre} par {artiste%}-pochette

Dis le au monde † = ♥

Glorious

Nous voulons Te donner
Nous voici rassemblés
Libres et jeunes devant Toi.
Brillent nos vies sur terre,
Fais lever ta lumière,
Nous sommes unis dans la foi,
Ici pour lever, lever, bouger, bouger, changer, changer nos vies http://www.canalblog.com/cf/my/?nav=blog.manage&bid=950077&pid=31490589
Ici pour louer, louer, danser, danser, donner, donner nos vies
Tout donner pour ta gloire,
En ton Nom notre espoir,
Libres et jeunes devant Toi.
Une seconde chance est donnée
Ton esprit pardonné
Fais grandir en nous la foi.
Ici pour lever, lever, bouger, bouger, changer, changer nos vies
Ici pour louer, louer, danser, danser, donner, donner nos vies
A la croix libéréS
A la croix pardonnés
Chaque nuit, chaque seconde,
Son amour est donné
La vie a triomphé,
Dans la foi dis-le au monde
Ici pour lever, lever, bouger, bouger, changer, changer nos vies
Ici pour louer, louer, danser, danser, donner, donner nos vies

EXTRAIT DE LA PRIÈRE DU SYNODE

 "Dieu notre Père,
Tu as tellement aimé le monde
Que Tu lui as envoyé Jésus, ton Fils.
Il a vécu notre condition d’homme en toutes choses.
Personne n’a jamais parlé comme Lui,
Il a joint les gestes à la parole,
Il est passé partout en faisant le bien.
Il a été jusqu’au bout de l’amour
En donnant sa vie pour tous les hommes." Extrait de la prière du Synode

 N'hésitez-pas à laisser vos impressions et vos remarques en commentaire.

 

1 ÉQUIPE SYNODALE SUR INTERNET EST LANCÉE : OSEREZ-VOUS PARTICIPER ?


Même si vous n'êtes pas inscrits, n'hésitez pas. Chacun est le bienvenu.


Nous avons déjà échangé sur l'Evangile du Bon Samaritain et sur une phrase de Madeleine Delbrel.


Maintenant posons-nous plus de questions :


Nous ne pouvons pas annoncer un Dieu amour de manière crédible si nous ne manifestons pas cet amour dans notre société et dans notre vie en Eglise... Comment ? Comment, nous le manifester ? Comment notre paroisse ?...


C'est à l'amour que nous avons les uns pour les autres que l'on nous reconnaîtra pour les disciples du Christ... Comment ? Avons-nous rencontré des personnes que nous avons reconnues comme des disciples du Christ ? Lesquelles ?


Dans quelles réalités de vie pouvons-nous manifester cet amour ? En famille ? Au travail ? A la paroisse ?...


Quelles convictions ces questions nous amènent-elles à proclamer ?


Quels souhaits avons-nous pour pouvoir mieux vivre cet amour dans la société et dans l'Eglise ? Y a t-il des "choses" que nous aimerions trouver dans nos paroisses ?

 

Réflexions et réponses sur internet :

CDL " Pour ma part, j'ai rencontré un jeune séminariste pakistanais qui a du quitter son pays et sa famille pour pouvoir vivre sa foi et être fidèle au Christ. Pour moi c'est un vrai disciple du Christ. Je considère comme un grâce d'avoir participé à son ordination diaconale et j'attends dans la joie son ordination sacerdotale. Je pense aussi à tous les chrétiens réfugies à Erbil qui ont préféré tout quitter plutôt que renier leur foi. Aurais-je, moi, eu autant de courage ?"

Rita : " Dieu est L'amour et il nous aime. L'amour qui est en nous et que nous partageons ..."

CDL " Sur le site catholique sur la fin de vie, je découvre le témoignage du docteur Marie-Laure de Latour, médecin en unité de soins palliatifs, et elle explique que les soins palliatifs c'est "prendre soin en totalité".. N'est-ce pas justement le thème de notre synode ? C'est un médecin catholique et je pense qu'elle est bien disciple de Jésus. http://findevie.catholique.fr/la-vie-au-coeur-dune.../...

CDL :"Dans la déclaration des évêques de France sur la fin de vie, il est dit "nous pensons que l’exercice de la médecine appelle une conception unifiée et continue du soin, intégrant ensemble curatif et palliatif. Il s’agit de toujours prendre soin de la personne !" http://www.eglise.catholique.fr/.../389425-prenons-pas.../

CDL :"Personnellement, je me demande comment l'Eglise, à travers nous ses fidèles, pourrait montrer dans les centres des soins palliatifs mais aussi dans les hôpitaux que nous voulons "prendre soin des autres". Dans les paroisses, il y a les SEM (Service évangélique des malades) peut être faudrait-il leur faire plus de "publicité" pour qu'ils aient plus de volontaires ?? Développer, proposer, un système de visites simplement amicales pour les personnes hospitalisées. Quand j'étais à l'hôpital (15 jours) j'ai pu constater que certaines personnes n'avaient aucune visite. Peut-être auraient-elles aimé en avoir ? C'est vrai qu'il y a déjà les visites des bibliothécaires, c'est un service dit "laïc" mais j'ai constaté que la personne qui me proposait des livres avait une petite croix autour du cou.

Laurinda "la 1ère manifestation serai de voir les églises remplies"

 

Laurinda " Je travaille avec une sénégalaise très pratiquante et chez eux la Foi se voit. Ils n'ont pas peur de montrer leur foi alors que les européens sont plus "fermés" : ils croient mais pratiquent moi. N'ayons pas peurs d'êtres chrétiens, d'être actifs dans l'Eglise et de montrer notre Foi en aidant ceux qui en ont besoin, en évangélisant..."

 

 PROPOSEZ LA PRIÈRE QUE VOUS INSPIRENT CES PARTAGES

Coptes assassinés

Nous ne pouvons pas annoncer un Dieu amour de manière crédible si nous ne manifestons pas cet amour dans notre société et dans notre vie en Eglise... Comment ? Comment, pouvons-nous le manifester ? Comment le vivre dans notre paroisse ?...
C'est à l'amour que nous avons les uns pour les autres que l'on nous reconnaîtra pour les disciples du Christ... Comment ? Avons-nous rencontré des personnes que nous avons reconnues comme des disciples du Christ ? Lesquelles ?
Dans quelles réalités de vie pouvons-nous manifester cet amour ? En famille ? Au travail ? A la paroisse ?...
Quelles convictions ces questions nous amènent-elles à proclamer ?
Quels souhaits avons-nous pour pouvoir mieux vivre cet amour dans la société et dans l'Eglise ? Y a t-il des "choses" que nous aimerions trouver dans nos paroisses ?


PRIÈRE DU SYNODE

"Notre Eglise de Créteil est en synode.
Que ton Esprit Saint, Seigneur, nous aide
Qu’il nous conduise, à la suite de Jésus,
A prendre soin les uns des autres,
De ceux qui prennent des responsabilités,
Dans l’Eglise et dans la société,
Pour que nous grandissions dans la fraternité.
Qu’Il nous rende attentifs à ceux
Que le monde actuel marginalise"

 

Prières déposées sur internet

Chantal : "Oui, Seigneur, Tu as poussé notre évêque à lancer notre Eglise de Créteil sur les chemins du Synode. Apprends-nous à ouvrir les yeux pour voir ceux qui sont seuls, malades, tristes et qui attendent que nous les reconnaissions, au moins avec un sourire. Apprends-nous à voir ceux qui nous entourent et veillent sur nous avec leur amitié, leur amour, leurs prières...et à leur dire merci. Apprends-nous aussi, Seigneur, à fermer nos yeux pour rentrer en nous et T'écouter, Toi qui est toujours à nos côtés et que nous négligeons si souvent."

Laurinda : " Seigneur, aide nous à nous aimer malgré nos différences, à partager sans attendre en retour. Aide nous à être complices les uns des autres pour que nous vivions dans la joie d'être tes enfants. Eloigne le mal qui s'incruste dans le monde. Que la Paix gagne."

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

02 février 2015

Catholiques et politique : inévitable divorce ou alliance féconde ? Compte-rendu

 

Tracts Conference Pere Rouge

Mais quelle drôle de question !

Tout le monde sait que les politiques sont «tous pourris » !

Tout le monde sait qu'un bon catholique ne peut pas faire de politique, c'est trop « sale » !

Tout le monde, ah bon ! ?

Mais alors, pourquoi près de 200 personnes pour écouter le Père Matthieu Rougé poser cette question et donner des éléments de réponse ?

Pourquoi une douzaine d'élus, du député de longue date au tout jeune élu municipal, pourquoi Mgr Santier et plusieurs prêtres, oui pourquoi s'étaient-ils tous déplacés à l'appel des Associations Familiales Catholiques, AFC, du diocèse qui posaient cette question?

D’emblée, la présidente explique qu’être AFC c’est avoir un pied sur les marches de la mairie et un pied sur les marches de l’Eglise, d’où cette soirée pour réfléchir à l’engagement des catholiques dans la société.

Elle rappelle que si l'année 2015 a commencé dans le sang et les larmes, en particulier pour notre département, il faut plus que jamais, continuer à vivre, à réfléchir, à se former, à s'engager, sans oublier pour les chrétiens la prière.

 

P1130801

Le Père Rougé, notre orateur, est curé de la paroisse Saint Ferdinand des Ternes à Paris. Il a été pendant 9 ans, collaborateur du Cardinal Lustiger et responsable du SPEP, Service de Pastorale et d'Etude Politique. Le SPEP a été créé par le cardinal Lustiger en 1992 pour offrir une présence d'Eglise aux responsables politiques qui le souhaitent, Le Père Rougé connaît donc particulièrement bien le monde politique puisque ,pour simplifier on pourrait dire qu'il était leur aumônier.

Le Père Rougé commence par revenir sur les attentats de la semaine précédente. Nous sommes DANS le monde, comme Jésus, mais nous ne sommes pas DU monde. Participer à l’émotion collective est bon mais maintenant il faut réfléchir aux racines de cette violence. Il faut évoquer l’éducation, la vie urbaine, la culture, la liberté d’expression et la liberté religieuse. Cette violence n’est pas épisodique mais révélatrice d’une plus grand violence qui vient d’un excès de laïcisme..

La laïcité est fille du christianisme qui le premier en a posé les bases, c'est une distinction et non une séparation. En voulant exclure de notre société l'appartenance chrétienne, on menace la laïcité elle-même. Pour approfondir la question de la laïcité, lire le texte de Mgr Ravel, "En terre de laïcité"

 

P1130788

Chaque homme est corps (émotion), esprit (réflexion) et âme (spiritualité), (1Th 5, 23) chacun de ces aspects ayant un côté privé et un côté social. Le fait de restreindre le côté religieux de l’homme à la sphère privée amène le développement d’excès. Supprimer Dieu de la société c’est laisser le champ libre au spirituel refoulé qui se traduit par la violence. Qu’avons-nous raté, nous chrétiens, pour que des jeunes d’origine chrétienne en viennent à mettre leur espoir dans la guerre du djihadisme ? Réalisons-nous le vide spirituel que révèlent ces comportements fous ?

Mais, ces drames peuvent être une chance pour la France s’ils nous permettent de réfléchir, de bien comprendre que nous, chrétiens engagés dans la société, ne répondons pas d’abord avec la foi mais avec la raison, illuminée et purifiée par la foi

 

Il nous fait remarquer qu'il faut reconnaître aux Français une certaine immaturité politique : nous attendons tout du pouvoir politique et quand il est absolu, nous le guillotinons !

 

Le Père Rougé donne alors quelques repères :

La politique doit servir la paix et la justice et non apporter la rédemption.

Le politique n’est pas le tout, l’instant suprême, mais une instance régulatrice mise au service du bien commun.

La politique n’est pas l’instrument de l’avènement du Royaume de Dieu.

Justice et paix sont nécessaires à l’épanouissement , donc ne dénigrons pas les personnes politiques.

Le lieu de l’élaboration de la politique est la raison (Benoît XVI). Le gouvernement de la terre est possible par la raison et la volonté : ex le mariage est différent de la reconnaissance de l’amour et de la reproduction.

P1130780

Le Père Matthieu Rougé nous fait un grand éloge des hommes politiques qui sont le plus souvent engagés pour servir. Il insiste sur la nécessité, pour lui, d'avoir un double mandat, au moins dans le temps : des élus, sans mandat local, risquent de devenir des « apparatchiks »

 

Il insiste également sur l'importance de l'engagement des chrétiens au service de la société ; engagement qui demande une vraie compétence, en particulier, une connaissance de la Doctrine Sociale de l’Église, DSE, et un profond enracinement spirituel.

Le cardinal Daniélou disait que la prière et l’oraison étaient une ‘’question politique’’. Il nous faut être enracinés dans le Seigneur qui nous conduit vers la liberté et vers la vérité.

 

Nous passons ensuite aux questions de la salle. Questions nombreuses et intéressantes dont je retiens surtout la dernière, d'un tout jeune élu municipal d'opposition : Comment, pour un chrétien, concilier amour de l'autre et mission (par exemple pour l'accueil des communautés rom ou pour financer une mosquée) et ensuite, en tant qu'élu chrétien que doit-on s'interdire ? A la première question, le Père Rougé répond que c'est justement la bonne question à se poser et que les réponses sont à voir au cas par cas, en gardant en tête les deux éléments de réponse à la deuxième question : ne jamais rien faire qui attente à la dignité de la personne et toujours être dans la vérité, vérité pour soi et vérité pour les autres. Tenir ensemble amour et vérité, dans la prière, la clé de l'action d'un élu chrétien.

 

P1130826

Mgr Santier, prend ensuite la parole pour redire, lui aussi, son estime des hommes politiques. Il confirme les paroles du Père Rougé, qu'il connaît bien : l’Église encourage les chrétiens à s'engager dans la vie de la société, dans la politique, les associations, la culture…

Il nous engage à nous former sur la Doctrine Sociale de l’Église et annonce que les AFC proposent de participer à la formation Zachée organisée par la communauté de l'Emmanuel. Zachée, la doctrine sociale de l’Église au quotidien, fondé en 2005, se décline de deux manières : le parcours Zachée, qui est un parcours spirituel qui contribue à faire grandir notre unité de vie, unité entre foi, travail, vie de famille, vie sociale et à témoigner d'un certain « art de vivre chrétien ». Ce parcours se déroule sur une année, avec 8 thèmes abordés chacun un mois, avec une rencontre toutes les 2 semaines environ. Et le forum Zachée, une session de 3 jours à Paray Le Monial, cette année, sur le thème de la solidarité, du 14 au 17 mai (pont de l'Ascension)

Pour plus d'informations sur les formations à la DSE, vous pouvez contacter les AFC du Val de Marne : afc94@afc-france.org ou 01 42 87 81 75

 

 Bibliographie :

L’Église n'a pas dit son dernier mot : Petit traité d'antidéfaitisme catholique ; Matthieu Rougé (Laffont) 19,50€

 "Paroles de Dieu pour les responsables politiques" Père Stalla-Bourdillon, 4,95€

 "L'engagement des chrétiens en politique, doctrine enjeux, stratégie " Thierry Boutet ; Privat, 15,20€

Compendium de la Doctrine Sociale de l'Eglise, Bayard, Cerf et Fleurus, 23,10€ ou le texte intégral sur le site du Vatican.

Notre bien commun. Connaître la pensée sociale de l’Église pour la mettre en pratique (+ DVD) ; CEF Editions de l'atelier 10€

Parcours Zachée (livre + CD) Edition de l'Emmanuel 25€

Parcours Zachée (DVD) 25€

 

 

 

29 janvier 2015

Prière du Synode

affiche_synode

Dieu notre Père,

Tu as tellement aimé le monde

Que Tu lui as envoyé Jésus, ton Fils.

Il a vécu notre condition d’homme en toutes choses.

Personne n’a jamais parlé comme Lui,

Il a joint les gestes à la parole,

Il est passé partout en faisant le bien.

Il a été jusqu’au bout de l’amour

En donnant sa vie pour tous les hommes.

Sur la croix, il a livré l’Esprit Saint

Qui nous fait participer à sa résurrection

Et nous fait vivre de sa vie, en Eglise.

Notre Eglise de Créteil est en synode.

Que ton Esprit Saint, Seigneur, nous aide

A écouter ta Parole,

A nous écouter les uns les autres

Et à prendre la parole nous-mêmes.

Qu’il nous conduise, à la suite de Jésus,

A prendre soin les uns des autres,

De ceux qui prennent des responsabilités,

Dans l’Eglise et dans la société,

Pour que nous grandissions dans la fraternité.

Qu’Il nous rende attentifs à ceux

Que le monde actuel marginalise

Et qu’Il réveille en nous le désir de partager à tous

La joie de l’Evangile car personne ne peut en être exclu.

Que le synode, Seigneur, porte des fruits d’amour et de paix

Et qu’il suscite de nouveaux acteurs et de nouvelles initiatives

Pour l’annonce de l’Evangile.

Amen.

Posté par AFC94 à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,



Fin »