Gilet jauneLe 11 décembre les évêques de France ont publié un appel aux catholiques de France : "À l’heure où nous écrivons, notre pays n’est pas encore sorti de la crise dite « des gilets jaunes » : crise révélatrice d’un malaise très profond et très ancien, qui engendre une grave défiance envers les responsables politiques."

Nos évêques remarquent :"Comme nous l’écrivions il y a deux ans, « il faudrait être sourds ou aveugles pour ne pas nous rendre compte de la lassitude, des frustrations, parfois des peurs et même de la colère, intensifiées par les attentats et les agressions, qui habitent une part importante des habitants de notre pays, et qui expriment ainsi des attentes et de profonds désirs de changements. Il faudrait être indifférents et insensibles pour ne pas être touchés par les situations de précarité et d’exclusion que vivent beaucoup sur le territoire national ». Ce mouvement dit des "Gilets Jaunes" est un immense cri de désespoir, un appel au secours de ceux qui n'en peuvent plus, qui demandent à vivre dans une société où chacun est reconnu à sa propre valeur, et qui n'ont finalement trouvé un peu de chaleur humaine que sur ces ronds-points ventés où ils peuvent crier leur détresse et leur solitude...

Logo CEF

Mgr. Aupetit écrit le 5 décembre : "Les évènements récents montrent une souffrance importante d’une grande partie de nos concitoyens, qui génère la colère quand elle ne semble pas entendue et une frustration devant ce qui peut être pris pour de l’arrogance... Notre pays souffre d’une incompréhension généralisée. L’individualisme devient la valeur absolue au détriment du bien commun qui se construit sur l’attention aux autres et en particulier aux plus faibles.... Où sont les véritables priorités ? Les urgences nationales, les « grandes causes » de notre pays ne peuvent légitimement être celles des revendications communautaristes ou catégorielles. Le devoir primordial de l’État est de garantir pour chacun les moyens d’entretenir sa famille et de vivre dans la paix sociale. Il nous faut reconstruire une société fraternelle."

Mgr Ginoux et les gilets jaunes

De très nombreux évêques (dont, sur la photo, Mgr Ginoux, evêque de Montauban,)   ont fait le même constat.

Mgr Santier, notre évêque écrit dans son éditorial de Noël : "Notre pays traverse une crise profonde marquée par la violence et la désespérance d'une partie de nos compatriotes en milieu rural ou périurbain. Derrière des revendications sur la taxation des carburantsou le pouvoir d'achat, il faut savoir lire la blessure souvent ancienne de ceux qui se sentent exclus, méprisés, désarmés face à l'avenir... "

ALORS, NOUS CHRETIENS, QUE POUVONS-NOUS FAIRE ?

Quelques éléments de réponse dans cette émission de KTO, "Sans langue de buis" : Etienne Loraillère reçoit un évêque ayant lui-même porté un gilet jaune, Mgr Bernard Ginoux, évêque de Montauban. Celui qui est allé à la rencontre des hommes et des femmes en détresse sur des ronds-points du Tarn-et-Garonne témoigne de ce qu´il a vécu, partage son analyse et dialogue avec Christine Fisset de l´Association Le Rocher, Stéphane Haar, délégué diocésain à la Mission ouvrière du diocèse de Lille, le père Daniel Le, vicaire de la paroisse Saint-Vincent-de-Paul de Sartrouville et Joseph Thouvenel, vice-président de la CFTC.

L’antenne de Créteil des Semaines sociales de France à laquelle Mgr Michel Santier, évêque de Créteil s'associe, propose : "Nous devons, avec tous les femmes et hommes de bonne volonté, chercher les voies du dialogue et de la solidarité. Participons avec nos valeurs à ce nécessaire débat pour reposer la question du vivre ensemble. Recherchons ensemble ce que doit être une société solidaire où chacun est à sa juste place. Permettons à tous d’être pleinement reconnus dans et par son travail, sa famille et ses engagements. "

"Apprenons ensemble à nous écouter vraiment et à nous parler sans à priori méprisant pour ceux qui ne pensent pas comme nous."

C'est pourquoi les évêques nous invitent tous à "susciter partout où ce sera possible des groupes d’échanges et de propositions en invitant très largement d’autres personnes, partageant ou non notre foi, qui peuvent être intéressées d’y participer et d’y apporter leurs idées" car "sans se substituer aux politiques, l’Église offre un espace pour faire grandir la fraternité."

Pour cette réflexion les évêques nous proposent de nous organiser autour de cinq questions.

questions CEF

Nous, Associations Familiales Catholiques du Val de Marne, proposons donc d'ouvrir ainsi un espace de dialogue et de partage.

Envoyez-nous vos réflexions, vos réponses à ces cinq questions, écrivez-nous vos plaintes ou vos angoisses, apportez-nous vos suggestions ou propositions pour une société solidaire où chacun est pleinement reconnu à sa juste place...

Nous nous engageons à les transmettre à nos élus du département, au préfet et à notre évêque.

Vous pouvez nous écrire, de manière anonyme ou en signant, soit avec le formulaire de contact en haut à droite du site, soit par mail à notre adresse afc94@afc-france.org, soit sur notre page Facebook.

CRèche