resurrection640

Parce que je ne saurais oublier Jésus Christ mon Seigneur…

« Mon Seigneur et mon Dieu », comme lui dit Thomas huit jours après Pâques en contemplant ses plaies comme les traces vives de sa Passion et en se laissant toucher par le regard à jamais lumineux du Ressuscité. Une belle tradition nous invite à contempler à la consécration le Corps et le Sang du Christ et à murmurer : « Mon Seigneur et mon Dieu… », comme Thomas l’Apôtre !

Il y a plus ou moins longtemps que nous connaissons le Christ et qu’Il a sa place dans notre vie. C’est le moment en ce temps pascal de nous attacher de nouveau à Lui comme à ce passeur sûr et inoubliable pour traverser notre vie !

rassemblt la defense

Parce que c’est la fête de la famille chrétienne qui, au-delà de ses divisions historiques, ne peut que s’unir sur son essentiel : Jésus Christ !

Au cours de la Semaine Sainte les catholiques insistent peut-être davantage sur la célébration de la Cène le Jeudi Saint (pensez à

 ces magnifiques peintures représentant la Cène), tandis que les protestants insistent quant à eux davantage sur le Christ en sa Passion le Vendredi Saint (pensez aux chorals sublimes de Bach) et que les orthodoxes vénèrent le Seigneur allant chercher Adam et Eve aux enfers le Samedi Saint et le jour de Pâques (pensez à l’icône de l’Anastasis [la Résurrection] où l’on voit le Christ empoignant Adam et Eve pour les faire remonter du séjour des morts)…

Tous ces accents singuliers composent la Semaine Sainte et culminent à Pâques, notre fête que nous célébrons cette année le même jour alors que nos calendriers diffèrent si souvent !

bapteme-adulte

Parce que c’est notre fête à chacun d’entre nous : au Moyen Age on disait qu’un chrétien c’est un « autre Christ » (« Christianus, alter Christus »). Durant la nuit de Pâques de nombreux adultes reçoivent en France, dans notre diocèse, à Vincennes et à Saint-Mandé le baptême après deux ans de préparation. Leur choix, leur réflexion, leur prière, leur disponibilité forcent notre admiration. Ils nous invitent à garder au cœur la fierté d’être chrétien non d’abord comme un emblème, mais comme un programme et une responsabilité.

 

 

CROIRE que rien ni personne n’est jamais perdu

puisque moi-même je suis aimé de Dieu.

ESPERER malgré tout en l’homme

créé à l’image de Dieu et sauvé dans le Christ.

AIMER simplement

en donnant et en se donnant à la manière de Jésus.

JOYEUSE PÂQUES A TOUS 

« Le Christ est vraiment ressuscité, alléluia ! »

Père Stéphane Aulard

P Stéphane Aulard