large

L’Instrumentum laboris, document préparatoire de la 3ème assemblée générale extraordinaire du synode des évêques qui aura lieu du 5 au 19 octobre prochain, a été présenté ce jeudi en salle de presse du Saint-Siège. Ce rendez-vous synodal aura pour thème « les défis pastoraux de la famille dans le contexte de l’évangélisation »

L’Instrumentum laboris est la synthèse des réponses des épiscopats du monde entier (90 % ont répondu) et des différents dicastères de la Curie romaine au questionnaire inédit sur la famille envoyé par le Pape François en novembre 2013. Des réponses qui n’éludent aucun des défis posés à la famille catholique aujourd’hui : familles monoparentales, attitude face aux unions entre personnes de même sexe, question des divorcés remariés, polygamie etc.Toutes ces réponses ont été compilées en 80 pages et été structurées en trois parties : « Communiquer l’Évangile de la famille aujourd’hui », « la pastorale de la famille face aux nouveaux défis » et « l’ouverture à la vie et la responsabilité éducative ».

Arc-en-ciel-et-famille

Trouver de nouveaux langages

Première constatation : les fidèles ne connaissent pas suffisamment la définition biblique de la famille, c’est-à-dire « un mariage entre un homme et une femme, créés à l’image de Dieu et collaborateurs du Seigneur dans l’accueil et la transmission de la vie ». Une méconnaissance où l’Eglise reconnaît aussi sa responsabilité dans ce constat de certains prêtres peu préparés et « qui ne savent pas affronter de façon pertinente la question du mariage et de la famille ».
Pour les diocèses, il devient urgent de trouver des nouveaux langages pour transmettre les enseignements de l’Eglise et aller « à l’encontre de la privatisation de la famille » et d’une culture dominante centrée autour de l’hédonisme et de l’épanouissement individuel, dans laquelle « les enfants peuvent être vus, parfois, comme un obstacle au bien-être personnel ».

La famille doit plutôt tendre à devenir une vraie « Eglise domestique » où la transmission de la foi aux enfants est une responsabilité, un devoir lié au mariage. Avec l’occasion offerte par ce synode extraordinaire, l’Eglise veut montrer que l’on peut vivre la famille de façon épanouie, en étant unis face aux épreuves. « Ce serait une erreur de croire que l’objectif du synode serait simplement de dénoncer une doctrine particulière que l’Eglise voudrait imposer aux sociétés, mais il est plutôt de partager avec la société humaine une réflexion, éclairée par la foi, sur une expérience que beaucoup d’hommes et de femmes connaissent et vivent en ce monde, et qui est donc un terrain privilégié pour une nouvelle évangélisation » a souligné le cardinal André Vingt-Trois, président délégué du Synode et qui représente l’Europe.

couple-coeur-fushia

Accompagner le couple avant et après le mariage

La fidélité et la responsabilité des parents envers la société et leurs propres enfants fait écho à la fidélité et la responsabilité de l’amour donné par Dieu. A partir des réponses reçues des diocèses, le cardinal Vingt-Trois a détaillé trois points importants à développer : la préparation sérieuse au mariage, l’importance de l’accompagnement des couples après le mariage et l’éducation des enfants.

Sur la question des unions entre personnes de même sexe, « toutes les conférences épiscopales se sont exprimées contre une « redéfinition » du mariage entre un homme et une femme en introduisant une législation permettant l’union entre deux personnes du même sexe ». Mais l’accent est mis sur une attitude « miséricordieuse, sans jugement, envers les personnes concernées ». Certaines conférences épiscopales ont également demandé de la clémence et de l’indulgence envers les divorcés remariés, et un accompagnement « positif et stimulant » pour ceux qui souffrent des « accidents du mariage » selon l’expression du cardinal Vingt-Trois, comme par exemple les mères célibataires et les « unions de fait », qui sont statistiquement importantes dans certaines régions du monde aujourd’hui.

croix jaune

Enfin, l’Instrumentum laboris ne cache pas le « contre-témoignage » qui existe dans l’Eglise avec les scandales sexuels ou la pédophilie, des comportements qui provoquent « une perte importante de crédibilité morale de l’Eglise ».

Article de Radio Vatican